Maladie de Crohn : plus fréquente dans les pays industrialisés

Posted on

On estime que 99% des personnes qui ont une intolérance ou qui sont atteintes de maladie cœliaque au gluten ne sont jamais diagnostiquées.

Diagnostic de symptômes de maladie auto-immune comme la thyroïdite d’Hashimoto, l’arthrite rhumatoïde, la colite ulcéreuse, le lupus, le psoriasis, la sclérodermie ou la sclérose en plaques. Mais dans certains cas il peut y avoir prise de poids même en hyper qui s’expliquent par des pulsions alimentaires bien supérieures aux dépenses énergétiques habituelles. Il existe de nombreuses solutions naturelles pour soulager les symptômes décrits plus haut et surtout en amont pour prévenir les maladies de la thyroïde. Le traitement peut alors, lui, entraîner ces douleurs car les anticholestérolémiants contiennent des statines qui peuvent alors être responsables de ces douleurs. Le calcium Le manque de calcium peut aussi être à l’origine de ces mêmes douleurs, tout comme un excès d’ailleurs. Ce qui peut alors aussi mettre le médecin sur la piste d’une éventuelle maladie auto-immune associée telle que une polymyosite par exemple. La carence ou insuffisance en protéines Peut aussi être responsable de douleurs musculaires et de perte musculaire. Ce qui entraîne alors des douleurs articulaires puisque les muscles ne peuvent plus jouer leur rôle et ce sont alors les articulations qui subissent les efforts qui sont fait. Une maladie auto-immune De plus en plus fréquente, la thyroïdite d’Hashimoto touche avant tout les femmes d’âge moyen.

Maladie de Crohn : plus fréquente dans les pays industrialisés

  • D’une augmentation du volume de la thyroïde ;
  • Parfois un goitre ;
  • Une gêne respiratoire ;
  • Troubles de l’alimentation : déglutition ;
  • Prise de poids ;
  • Déficit des hormones thyroïdiennes ;
  • Constipation ;
  • Crampes musculaires ;
  • Frilosité ;
  • Bradycardie.

Cette maladie débute souvent par une hyperthyroïdie accompagnée parfois de problèmes oculaires.

Cette maladie peut être associée à d’autres maladies auto-immunes (insuffisance surrénalienne, diabète de type I, vitiligo, pelade). Il faut noter que la maladie de Basedow peut être associée à d’autres maladies auto-immunes comme le diabète insulino-dépendant…. La maladie a un début lent et il peut se passer plusieurs mois ou années avant de s’apercevoir du problème. La thyroïdite chronique peut apparaître à tout âge, mais elle survient le plus souvent chez les personnes d’âge moyen. La thyroïdite chronique est plus fréquente chez les femmes et chez les personnes ayant des antécédents familiaux de maladie de la thyroïde. Dans les pays occidentaux, cette maladie affecte entre 0,1 % et 5 % de la population adulte. La maladie de Hashimoto peut se présenter en même temps que d’autres troubles hormonaux causés par le système immunitaire, comme par exemple le syndrome polyglandulaire auto-immun. Dans d’autres cas, la maladie est asymptomatique dans un premier temps, puis les effets se développent au cours des années. Si on est enceinte, pour plus de sécurité, il est préférable d’en parler avec le médecin pour faire un contrôle de la thyroïde.

Peut-on être porteur de la maladie sans présenter de symptômes ?

  • Candidose mucocutanée chronique (le premier trouble à apparaître),
  • Hypoparathyroïdie,
  • Maladie d’Addison.

Et beaucoup de ces symptômes ne sont pas spécifiques de la maladie de Lyme et peuvent apparaître dans d’autres maladies.

Þ   Fortes douleurs dans les articulations, avec localisation changeantes qui sans aucun traitement disparaissent spontanément. Formation d’épanchements, fréquemment et en partie relativement grands avant tout aux genoux ou à l’articulation des hanches (souvent dans les genoux ils sont même indolores). Þ   Douleurs musculaires et crampes dans tout le corps, sans effort préalable (les enzymes CK et/ou LDH sont en principe aussi en hausse). Þ   Etonnant, bien que non spécifique à la maladie, les anesthésies et les vaccinations sont nettement moins bien supportées par les patients atteints de borréliose. La maladie autoimmune de la thyroide Hashimoto n’est pas une perturbation d’état de santé negligeable, c´est une maladie autoimmune chronique, qui necessite un traitement adapté individuellement. Dans beaucoup de cas, un traitement commencé trop tard est la raison principale pour laquelle tous les symptômes ne sont pas toujours réversibles. La maladie de Hashimoto a ete nommée d’après le médecin japonais Dr. Hakaru Hashimoto, qui a decouvert et décrit cette maladie pour la première fois en 1912. Les causes précises de l´apparition de la maladie d´Hashimoto ne sont pas encore suffisamment etudiées scientifiquement.On suppose que la cause est multifactorielle. Prise de sang: Hormone TSH et fT3, fT4 + Anticorps TPO, TG-AKs Une prise et analyse de sang sont necessaires pour detecter la maladie.

L’hyperparathyroïdie est une maladie endocrinienne caractérisée par l’augmentation de la sécrétion de parathormone ce qui entraine une augmentation du taux du calcium dans le sang.

  • Souffrir d’hyperthyroïdie,
  • Avoir un niveau d’hormones thyroïdiennes normal.

Il est necessaire de mesurer l´hormone hypophysaire TSH et les hormones thyreoidiennes fT3 et fT4 et les anticorps TPO-AK, Tg-AK, TRAK, lesquels sont indispensables pour le diagnostique de maladie autoimmune.

De meme l´absence d´anticorps TPO et/ou TG n’exclut pas impérativement une maladie de Hashimoto.Certains patients sont en effet seronegatifs. La thyroide d´un patient atteint de la maladie d´Hashimoto a dans la plupart des cas un aspect particulier: elle apparaît plus sombre qu´une thyroide saine et son aspect est inhomogene. La maladie autoimmune peut se manifester au niveau de la thyroide comme dans le reste du corps. La cause autoimmunitaire de la maladie d´Hashimoto ne peut pas être influencée par cette thérapie. Le syndrome de Gougerot-Sjögren est une maladie auto-immune systémique qui se caractérise par des troubles touchant surtout les glandes lacrymales et salivaires. Les signes d’hypothyroïdie apparaissent plus tardivement, mais peuvent parfois être la première manifestation de la maladie. Il faut savoir que cette maladie peut exceptionnellement se compliquer d’une encéphalite qui se manifeste par une démence rapidement progressive avec myotonies, ataxie, et troubles du comportement. Myopathies sont le plus souvent vu dans ce qu’on appelle les muscles proximaux. Ce sont les muscles, par exemple dans la région de la cuisse et de l’épaule, qui sont les plus proches du centre du corps.

Maladie de la goutte : atteinte des pieds dans 90 % des cas

Le plus souvent, ces symptômes sont dus à un gonflement des muscles, ou un gonflement qui est en appui sur les nerfs.

Divers problèmes rencontrés comprennent: Maladie / hyperthyroïdie de Graves Dans l’hyperthyroïdie ou la maladie de Graves, vous pouvez rencontrer une faiblesse musculaire et la fatigue. Certaines personnes souffrant d’hyperthyroïdie fait perdre du tonus musculaire et de la force, un processus qui peut être appelé “atrophie musculaire.” En effet, la scintigraphie peut être demandée pour une autre indication que la maladie systémique connue. Par ailleurs, elle peut être prescrite pour explorer un syndrome polyalgique, chez un patient dont la maladie rhumatologique n’est pas connue. À l’inverse, un taux sanguin excessif de T3/T4, comme dans le cas d’une hyperthyroïdie, provoque une chute du taux sanguin de TSH pour freiner l’activité de la thyroïde. On estime qu’entre 1 et 4 % de la population française souffre d’hyperthyroïdie, le plus souvent dans sa forme légère, sans symptôme. Elle est également plus fréquente dans les familles au sein desquelles un cas de maladie de la thyroïde a été diagnostiqué par le passé. L’hyperthyroïdie peut être provoquée par de multiples causes, dont la plus fréquente est une maladie auto-immune, la maladie de Basedow. Très rarement, l’hyperthyroïdie peut être due à un trouble de l’hypophyse qui, dans ce cas, ne régule plus correctement la thyroïde. De plus, lors de cette maladie, les fumeurs présentent plus fréquemment des problèmes d’irritation des yeux et d’exophtalmie. Si la personne est à risque de maladie cardiaque (pour d’autres raisons), un traitement peut être nécessaire pour éviter que l’hyperthyroïdie, même mineure, n’aggrave l’état cardiaque du patient. La maladie de Basedow peut être traitée par la prescription prolongée (de 12 à 18 mois) d’antithyroïdiens de synthèse . Si la maladie de Basedow devient chronique (dans 15 % des cas), le médecin envisage alors la neutralisation ou l’ablation de la thyroïde. Ils permettent de contrôler efficacement l’hyperthyroïdie pendant une longue durée (par exemple lors de maladie de Basedow) ou en attendant un traitement chirurgical ou par iode radioactif. Lorsque le patient présente des nodules produisant de la T3/T4, un traitement médicamenteux est d’abord prescrit pour normaliser les taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang. Le traitement par un antithyroïdien de synthèse (propylthiouracile, PTU) est possible, à la dose minimale pour obtenir un taux normal d’hormones thyroïdiennes dans le sang. Son taux s’élève dans les formes périphériques de la maladie. Le bilan biologique standard peut montrer : Une échographie peut être réalisée, elle précisera les dimensions de la thyroïde, avec étude de sa structure.